Les aventures de Napoléon

De : Cavanna
check_circle
Disponible en ligne
Livré chez vous à partir du vendredi 19 août
Tous les prix incluent la TVA. Expédié et vendu par les Éditions H&O.
RÉSUMÉ :
Napoléon est mon ennemi personnel. Tant qu’à avoir des ennemis, autant se les choisir prestigieux. Plus prestigieux que Napoléon, il n’y a que Dieu. Dieu pour ennemi, c’est banal. Et puis, tout le monde s’en fout. Surtout en France. Napoléon, par contre, c’est autre chose. On ne touche pas à Napoléon. Surtout en France.
Des milliers d’ouvrages ont été écrits sur le sujet. Fariboles et calembredaines. Le présent ouvrage est une biographie, lui. Le premier et le seul qui ait droit à ce titre. Tous les autres ne sont que de basses flagorneries. Pour la première fois est retracée dans toute sa sordide vérité la crapuleuse carrière de ce petit militaire félon.
Grâce à cet ouvrage, l’histoire des faits et gestes de Naboulioné Bouonaparté, dit Napoléon 1er, dit l’Empereur, va enfin s’arracher au marécage bourbeux de la légende pour entrer dans l’histoire. Ceci est de la science. Je suis bien fatigué.

Cavanna

« C'est impérial comme du Cavanna, tout simplement. » Grégoire Leménager, L'Obs.
« Aucun écrivain n'est en 2021 aussi mordant que le Cavanna de 1969. » Louis-Henri de La Rochefoucauld, L'Express.
« Il est toujours bon de lire Cavanna, qui pourfend l'hyperbole et les puissants, dézingue solennité et héroïsme, sabre au clair. » Macha Séry, Le Monde.
« [Un] ouvrage indispensable. » Gérard Biard, Charlie Hebdo.
CARACTÉRISTIQUES :
Date de parution
ISBN
Type
Nombre de pages
03/02/2021
9782845473911
broche
144
À PROPOS DE L'AUTEUR :
Cavanna est une légende. Cofondateur de Hara-Kiri et de Charlie Hebdo, il a connu un immense succès, à la fin des années 1970, avec sa série de livres autobiographiques commençant par Les Ritals et Les Russkoffs. Ses deux ­derniers ouvrages sont parus dans la collection blanche, chez Gallimard : Lune de miel en 2011 et, de façon posthume, Crève, Ducon ! en 2020. Les aventures de Napoléon est emblématique de l’humour « bête et méchant » qu’il défendait.